La messe traditionnelle de retour dans une paroisse de St. Louis

Messe latine traditionnelle célébrée par l'abbé Hager

Messe latine traditionnelle célébrée à Saint-Barnabé-Apôtre /Source: St. Louis Review

C’est ce que rapporte le St. Louis Review, l’hebdomadaire de l’archidiocèse de St. Louis dans le midwest américain. La paroisse Saint-Barnabé-Apôtre à O’Fallon, une ville de la banlieue nord de St. Louis, a réintroduit la messe latine traditionnelle au mois de janvier aux côtés des autres messes dominicales offertes selon la forme ordinaire.

Fondée en 1961, la paroisse Saint-Barnabé-Apôtre connut les changements liturgiques post-conciliaires de la fin des années 60. La bâtisse fut détruite dans un incendie en 1981. Elle fut reconstruite selon la nouvelle architecture inspirée par les changements de Vatican II, c’est-à-dire avec dépouillement et un autel versus populum seulement.  Lire la suite

Advertisements

La messe parmi les pauvres

86.Poor-LG
[Par M. Peter Kwasniewski]

J’ai remarqué un étrange postulat en filigrane dans presque tous les textes des libéraux, des progressistes, des modernistes et des hippies vieillissants à propos de la résurgence de la messe latine traditionnelle. Ils semblent penser de cette messe qu’elle est une pièce à part du musée de la méticulosité baroque, célébrée par des rubricistes sans chaleur pour des congrégations de nostalgiques peu charitables et ce dans une atmosphère de dogme et de richesse superflue. Mais peut-être n’est-il pas surprenant que de tels stéréotypes soient la perception dominante chez ceux qui connaissent si peu la scène traditionaliste contemporaine.

Bien que certains puissent en être surpris, je considère très à propos que les Servants missionnaires des Pauvres du tiers-monde – un apostolat héroïque dont les prêtres, les religieuses et les laïques travaillent auprès de gens extrêmement pauvres – aient découvert au cours des dernières années le trésor de l’usus antiquior et l’aient adoptée comme source puissante de vie et d’énergie pour leur ministère. Lire la suite

La soif pour la messe latine traditionnelle est toujours là, un exemple: Miami

Mission St-François et Ste-Claire d'Assise à Miami Photo: Jessica Meszaros/WLRN

Mission St-François et Ste-Claire d’Assise à Miami
Photo: Jessica Meszaros/WLRN

Dans un article d’octobre dernier, WLRN, une chaîne de télévision séculière du sud de l’état de la Floride, évoqua l’attraction de la messe latine traditionnelle surtout envers les jeunes gens. WLRN présenta une petite mission catholique dans le sud de Miami bien vivante et soutenue par Juventutem Miami, une organisation de jeunes gens pour la promotion de la messe traditionnelle.

Plusieurs choses sont intéressantes à noter au sujet de cet article. Premièrement, le sentiment qui habitent de nombreux jeunes gens qui découvrent «un trésor qui leur a été dérobé» se trouve encore une fois confirmé et transcende toujours les cultures.

Deuxièmement, le mouvement de redécouverte de la liturgie traditionnelle ne semble pas s’essouffler et ce malgré depuis près de deux ans d’un pontificat laissé indifférent par la liturgie (la dernière lettre apostolique pour l’Année de la vie consacrée le confirme, pas une fois les mots liturgie ou messe n’y ont été évoqués).

Voici un extrait du long article: Lire la suite

Éléments pour un retour à une vie liturgique saine au sein de l’Église selon dom Alcuin Reid

«L'arrangement bénédictin» inspiré par  célébration ad populum de Benoît XVI

«L’arrangement bénédictin» inspiré par la célébration ad populum de Benoît XVI

Dom Alcuin Reid, un des plus éminents liturgistes du XXIe siècle, a donné deux allocutions en juin à l’église Ste-Marie (Norwalk, Connecticut) et à l’église Saints-Innocents à New York. Cette allocution intitulé «Éléments du nouveau mouvement liturgique» propose cinq pistes pour continuer le mouvement de réforme de la réforme. Le document est disponible en anglais dans son entièreté ici.

Ce mouvement de la réforme de la réforme eut une popularité plus grande lors du pontificat de Benoît XVI et profita de la rédaction et réimpression d’œuvres phares du mouvement tels L’Esprit de la liturgie du cardinal Ratzinger et Le développement organique de la liturgie de dom Reid. Toutefois, ce mouvement connait d’énormes difficultés alors que les questions liturgiques et d’herméneutique de la liturgie se sont effacées devant les différentes priorités du nouveau pontificat et par la remise en question du mouvement chez plusieurs intellectuels traditionalistes plus tôt cette année. À ce propos, l’article de l’abbé Thomas Kocik joua un rôle déclencheur (notre traduction française est ici).

Dom Reid tient toujours à insuffler de son érudition au mouvement de réforme de la réforme et dans sa première piste il explore ce à quoi ressemblerait une interprétation authentique du mandat de réforme liturgique de Vatican II. Nous vous proposons ici la traduction des différents éléments qu’il considère nécessaire pour une interprétation authentique du mandat liturgique de Vatican II.

Ces éléments nous apparaissent comme un point de départ pour un retour à une vie liturgique saine dans l’Église. La réforme de la réforme ne doit pas être considérée comme une fin en soi, mais une première étape, un colmatage, un retour à ce qu’envisageait les Pères conciliaires.

Voici la traduction de la première piste de réflexion de dom Reid:  Lire la suite

Liturgie : les fameux fruits du concile Vatican II…

Novus Horreur Missae

Novus Horreur Missae Photo tirée de conciliovaticanosecondo.com

[De notre contributeur, Louis Pasquerel, source]

Le poids des mots, le choc des photos. Ce slogan est bien connu de tous, mais dans notre cas seules les photos suffiront, une image valant mieux qu’un long discours. Que les internautes regardent bien ces photos réelles de messes et qu’ils viennent me dire en quoi elles sont catholiques. Cet été encore j’ai assisté à des messes dites de Paul VI (Novus Ordo Missae) ou forme ordinaire du rite romain. Eh bien je suis désolé, mais je ferai deux remarques : d’une, au regard de l’histoire de la liturgie, le missel de Saint Pie V mériterait bien plus cette appellation de « forme ordinaire », le NOM n’ayant que 50 ans d’existence sans continuité avec le missel tridentin et avec des dérives sans nom ; de deux, ces dérives justement font que nous sommes plus en présence de deux rites différents que de deux formes, « le nouvel ORDO MISSAE, si l’on considère les éléments nouveaux, susceptibles d’appréciations fort diverses, qui y paraissent sous-entendus ou impliqués, s’éloigne de façon impressionnante, dans l’ensemble comme dans le détail, de la théologie catholique de la Sainte Messe, telle qu’elle a été formulée à la XXème session du Concile de Trente, lequel, en fixant définitivement les « canons » du rite, éleva une barrière infranchissable contre toute hérésie qui pourrait porter atteinte l’intégrité du Mystère » (Bref examen critique).  Lire la suite

Que signifie vraiment l’opposition à la messe traditionnelle?

Ordination de prêtres dédiés à la messe traditionnelle par Mgr Aillet, le 28 juin 2014.

Ordination de prêtres dédiés à la messe traditionnelle par Mgr Aillet, le 28 juin 2014.

[Par M. Peter Kwasniewski]

Dans le monde post-Summorum, le rite romain ancien ne peut plus être considéré comme étant interdit, dubitatif, marginal ou obsolète. Il jouit d’un droit de cité égal avec le nouveau rite; deux formes du rite romain – l’une appelée Ordinaire, car récemment promulguée et la plus utilisée et l’autre, Extraordinaire, l’usus antiquior, digne de respect pour son usage vénérable – et dont l’une ou l’autre peut être célébré librement par n’importe quel prêtre du rite romain, sans aucune permission spéciale. L’on pourrait penser que comme geste de réconciliation au cœur de l’Église les deux formes pourraient s’épanouir côte à côte et que les catholiques auraient partout le privilège d’assister à ces deux formes offertes avec révérence et beauté.

Mais ceci est encore très loin de la réalité et, malheureusement, il y a encore beaucoup trop d’évêques et de prêtres qui s’opposent à la messe traditionnelle, l’enchaînent de lourdes conditions ou recourent à des jeux de pouvoir pour s’assurer que ses partisans soient bien avertis et punis pour leur imprudent attachement à notre héritage catholique.

Alors que nous commémorons aujourd’hui le septième anniversaire de l’implémentation de Summorum Pontificum, dont les provisions entrèrent en vigueur le 14 septembre 2007, les considérations de Joseph Ratzinger sur le sens qu’il donne à l’opposition à la messe traditionnelle sont édifiantes et donnent à réfléchir. Que laisse entendre l’opposition de certains envers cette Messe, ceux qui la célèbre ou ceux qui la chérissent comme forme de prière à laquelle ils sont attachés?  Lire la suite

Le triomphe improbable de la messe traditionnelle

221_CAMPION_MISSAL_preview[Par M. Jeff Ostrowski]

«Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, –oracle de Yahweh. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies et mes pensées au-dessus de vos pensées.»

Isaïe 55 : 8-9 (Bible Crampon)

Les mots d’Isaïe sont très à point en ce qui concerne les discussions à propos du stupéfiant triomphe de la messe traditionnelle. Considérez la citation suivante du Père Brian W. Harrison. Bien que je ne sois pas toujours d’accord avec le Père Harrison, ses connaissances liturgiques ne sont remises en question par aucune personne sérieuse; malgré cela, voici ce qu’il écrivit le 26 mars 1995 :

«Évidemment, ce que tous les traditionalistes veulent vraiment c’est la complète égalité du statut de la vieille messe aux côtés du nouveau rite. Mais ceci, il me semble, est un rêve utopique. Cela n’arrivera tout simplement pas. Déjà, l’homme à la tête de la commission Ecclesia Dei, le cardinal Innocenti, a clairement signifié que selon lui les présents arrangements permettant l’ancienne messe ne devraient être considérés que comme temporaires avec en vue une “intégration” des catholiques traditionnalistes au sein du culte mainstream selon le rite romain latin – c’est-à-dire la pleine acceptation de la messe de Paul VI. Pas un seul des cardinaux avec une chance de devenir pape lors du prochain conclave n’a laissé croire à aucun moment qu’il accorderait la pleine égalité à la messe préconciliaire et, bien sûr, toute résolution en ce sens sera assurément impossible à implanter; cela provoquerait une rébellion au sein de la majorité des évêques du monde…»

Qui pourrait oublier les mots du Père Réginald Foster, un prêtre qui travailla pour quatre papes? Le 28 janvier 2007, quelques mois avant la promulgation de Summorum pontificum, le Père Foster déclara catégoriquement[i] que le pape Benoît XVI n’irait pas en ce sens : Lire la suite