Article choc d’Antonio Mastino: Le Pape qui n’aimait pas les prêtres

10444666_779684055409519_8472812069369733061_n
Nous reproduisons ici en son intégralité un article du blogueur catholique italien Antonio Mastino traduit en français par le blogue Benoît et moi.  Comme l’auteur de Benoît et moi le précise, cet article déboulonne le «mythe» entourant le «bon et humble pape François» et compte tenu des déboires du Synode et les différents autres signaux papaux, cet article nous semble bien rendre la réalité.

Ce long article peut choquer certains. De plus, Mastino a un style assez lyrique difficile parfois à rendre en français et qui s’imbrique dans la réalité de l’église italienne, une réalité bien sûr qui nous échappe en grande partie. Néanmoins, cet article nous semble approprié ne serait-ce que pour refroidir les ardeurs des «papolâtres» les plus enhardis.

Voici l’intégral de l’article «Le Pape n’aimait pas les prêtres» d’Antonio Mastino (à noter que les photos sont les nôtres):

Après des mois je brise mon silence sur ce pontificat et sur l’Eglise; sur le Synode non plus je n’ai pas prononcé un mot. Je le brise et après je le rétablis, me taisant à nouveau. J’ai mes raisons.

Samedi matin, à 7 heures, j’ai en effet écrit sur ma page Facebook:

Lire la suite

Advertisements

«Nouveaux péchés»: Analyse cinglante de M. l’abbé Hunwicke

pastoral
[Par M. l’abbé John Hunwicke, version corrigée]

Dans le brillant recueil Essays in Satire de Mgr Ronald Knox, il y a un texte à propos d’un «professeur» qui invente un nouveau péché. Et maintenant, voilà que la brillante pièce de Mgr Knox a été surpassée. Maintenant, vous voyez, nous avons des types et des genres de péchés complètement nouveaux. Le troisième millénaire a développé un nouveau champ activité, une toute nouvelle taxonomie du Péché.

Plus tôt ce mois-ci, j’abordai ce sujet et posai trois questions simples. Les voici encore une fois:

(1) Pouvez-vous concilier cela avec le Sermon sur la Montagne et les enseignements moraux de S. Paul?
(2) Pouvez-vous concilier cela avec les paraboles du Seigneur concernant le fait de ne «savoir ni le jour ni l’heure» [ndlr: de son Retour]?
(3) Est-ce que cela s’applique aux meurtriers et aux pédophiles?

Laissez-moi vous rappeller ce que les Nouvelles Casuistiques enseignent sur le Péché. Lire la suite

La réaction contre le Synode manipulé par François

Le cardinal Baldisseri et le pape François

Le cardinal Baldisseri et le pape François

[Rorate Caeli, par une source romaine]

«Le sentiment général en est un d’une immense soulagement», affirme un influent professeur d’une université pontificale. «Jeudi passé, aux environs de midi, Jean-Paul II a effectué un miracle au Synode.»

C’était en heure que commença la révolte contre l’homme soigneusement choisi par le pape François, son premier cardinal, Lorenzo Baldisseri – qui est chèrement estimé par Bergoglio pour ses inestimables services rendus avant et après le Conclave de 2013 – choisi un an avant le Synode pour orchestrer les deux assemblées en 2014 et 2015 pour que celles-ci atteignent les objectifs voulus par le Pape et cela sans dissension. Ce fut une tâche difficile, mais Baldisseri s’y est consacré avec énergie et le datum essentiel était l’opération médiatique. Aussi longtemps que les travaux du Synode resteraient secrets, l’opération médiatique procéderait par mouvements rapides de faits accomplis impossibles à stopper par quelque force que ce soit pour le résultat final soit un relatio révolutionnaire qui servirait de grande acclamation du Pape par les évêques du monde, presque à la manière d’un gourou, ou encore comme le glorieux leader dont la maîtrise des événements ne peut être refusée ni stoppée. Lire la suite

Article choc de Patrick Archbold: «La vérité à propos de cette crise»

ellis-island-staute-liberty-poor

[Par M. Patrick Archbold]

La vérité à propos de cette crise

Je crois qu’il est bien temps que nous parlions franchement à propos de ce qui se produit réellement au sein de l’Église. Il est très probable que nous arrivions au dénouement de cette horrible pièce de théâtre d’une centaine d’années dont le Synode sur la famille, qui se déroule présentement à Rome, est peut-être la première scène de l’acte final. Nous avons spéculé et débattu à l’infini à propos de qui est avec le cardinal Kasper et de ceux qui ne le sont pas et qui s’interjetteront ou qui resteront silencieux, et aussi où se termine la doctrine et où commence la praxis pastorale. Entre-temps, une «sombre et fausse église» telle que prédit par la bienheureuse Anne Catherine Emmerich, qui a continué à croître au sein de l’Église depuis un siècle, poursuit son libre progrès.

Nous avons plusieurs cardinaux et évêques de la Sainte Église catholique qui mettent publiquement la Loi de Dieu en opposition avec Sa miséricorde! Nous avons des cardinaux et des évêques qui disent que les mots mêmes de Jésus, la même seconde personne de la Trinité qui a souffert et mourut pour que nous puissions vivre, n’expriment pas assez d’amour.

Ajoutez à cela les expressions quotidiennes d’indifférentisme et toutes les autres facettes du modernisme (voir Pascendi Dominici Gregis) qui sont promulguées non seulement sans aucune crainte de réprobation, mais qui sont plutôt louangées.

Dire de telles choses et promouvoir un tel raisonnement est une coopération avec le Diable, le Diable qui ne tient qu’à détruire l’Église. À savoir si ces gens le font en connaissance de cause ou non, je ne puis le dire, mais je puis dire que cela est diabolique.  Lire la suite

Mgr Schneider : « la communion dans la main est une plaie profonde dans le corps mystique du Christ »

Baroque-Monstrance-cropped-298x300
[Par M. Louis Pasquerel, collaborateur, source]

La pratique moderne [de la communion dans la main] est la plus profonde des lacérations du corps mystique de l’Eglise du Christ.

Voici une des phrases les plus « chocs » de Mgr Schneider dans son dernier livre,Corpus Christi. La communion dans la main au coeur de la crise de l’Eglise. La lecture de cet ouvrage est salvatrice dans le sens où il remet bien les choses dans leur contexte et propose de vraies solutions pastorales fondées sur une vraie théologie catholique, ce qui nous change de trop d’exemples de dérives dogmatiques ou liturgiques « par souci pastoral » fondé sur une théologie plutôt protestante, mais en aucun cas catholique. Par cet article j’aimerais vous proposer une autre page du livre de Mgr Schneider que ceux qui ont un vrai « souci pastoral » au nom du Sacré et du Beau apprécieront. Il s’agit ici d’exposer une des solutions pour résoudre la crise de l’Eglise :  Lire la suite

Le triomphe improbable de la messe traditionnelle

221_CAMPION_MISSAL_preview[Par M. Jeff Ostrowski]

«Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, –oracle de Yahweh. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies et mes pensées au-dessus de vos pensées.»

Isaïe 55 : 8-9 (Bible Crampon)

Les mots d’Isaïe sont très à point en ce qui concerne les discussions à propos du stupéfiant triomphe de la messe traditionnelle. Considérez la citation suivante du Père Brian W. Harrison. Bien que je ne sois pas toujours d’accord avec le Père Harrison, ses connaissances liturgiques ne sont remises en question par aucune personne sérieuse; malgré cela, voici ce qu’il écrivit le 26 mars 1995 :

«Évidemment, ce que tous les traditionalistes veulent vraiment c’est la complète égalité du statut de la vieille messe aux côtés du nouveau rite. Mais ceci, il me semble, est un rêve utopique. Cela n’arrivera tout simplement pas. Déjà, l’homme à la tête de la commission Ecclesia Dei, le cardinal Innocenti, a clairement signifié que selon lui les présents arrangements permettant l’ancienne messe ne devraient être considérés que comme temporaires avec en vue une “intégration” des catholiques traditionnalistes au sein du culte mainstream selon le rite romain latin – c’est-à-dire la pleine acceptation de la messe de Paul VI. Pas un seul des cardinaux avec une chance de devenir pape lors du prochain conclave n’a laissé croire à aucun moment qu’il accorderait la pleine égalité à la messe préconciliaire et, bien sûr, toute résolution en ce sens sera assurément impossible à implanter; cela provoquerait une rébellion au sein de la majorité des évêques du monde…»

Qui pourrait oublier les mots du Père Réginald Foster, un prêtre qui travailla pour quatre papes? Le 28 janvier 2007, quelques mois avant la promulgation de Summorum pontificum, le Père Foster déclara catégoriquement[i] que le pape Benoît XVI n’irait pas en ce sens : Lire la suite

À la défense du pape Benoît XVI et de la messe traditionnelle

well-done

Un des plus grands héritages de Benoît XVI fut l’émancipation de la messe traditionnelle et ainsi la restauration de la beauté au monde entier

[Par M. Michael Brendan Dougherty]

Il y a douze étés, j’entrai dans une petite église poussiéreuse dans un quartier polonais à Poughkeepsie, New York, que les Polonais avaient abandonné il y a très longtemps. C’était à environ 45 minutes de voiture de chez moi. Le vieil maître-autel en bois et le sanctuaire dans lequel il se trouvait n’avaient pas été rénovés, car étant classés trop historiquement importants par l’état de New York, pour endurer les changements à la mode dans les années 60, 70 et 80 en architecture ecclésiastique. Les gens de la place étaient un groupe hargneux, endurcis par les années de luttes entre leurs propres évêques et leurs prêtres. Certains furent rendus saints par ces luttes. D’autres étaient des conspirationnistes grognons. Quelques uns semblaient être au-dessus de tout cela. Je regardai les femmes, jeunes et vieilles, ajuster leurs mantilles sur leurs têtes et prier sotto voce. Je m’émerveillai au pieux silence des enfants. Quelques amateurs entonnèrent les chants grégoriens du jour alors que le prêtre offrit silencieusement et efficacement la vielle messe latine.

Il y a sept ans de cela cette semaine, le pape Benoît XVI m’offrait le soulagement de ma vie. Il déclara que ce que nous faisions était légal. Il affirma ce que nous nous disions alors que l’on nous chassait de cette paroisse, que cette forme du culte n’avait jamais été abolie et qu’elle ne devrait jamais l’être.  En cette date très annonciatrice du 7 juillet 2007 [07/07/07], Benoît XVI promulgua le document de Summorum pontificum qui émancipait cette Messe. En faisant cela, il établissait son héritage en tant que brave pape. Il rendit aussi un grand service à la culture et aux arts, au monde entier – même aux non-croyants.

Pourquoi cela importe-t-il aux non-croyants? Parce que la beauté est importante pour tous. En 1971, Agatha Christie, une non-catholique, était tellement effarée de la disparition de la messe traditionnelle et de l’effet que cela aurait sur la culture britannique qu’elle signa une pétition au pape Paul VI pour garder cette messe vivante. Un extrait de la pétition se lisait comme suit :  Lire la suite