La messe parmi les pauvres

86.Poor-LG
[Par M. Peter Kwasniewski]

J’ai remarqué un étrange postulat en filigrane dans presque tous les textes des libéraux, des progressistes, des modernistes et des hippies vieillissants à propos de la résurgence de la messe latine traditionnelle. Ils semblent penser de cette messe qu’elle est une pièce à part du musée de la méticulosité baroque, célébrée par des rubricistes sans chaleur pour des congrégations de nostalgiques peu charitables et ce dans une atmosphère de dogme et de richesse superflue. Mais peut-être n’est-il pas surprenant que de tels stéréotypes soient la perception dominante chez ceux qui connaissent si peu la scène traditionaliste contemporaine.

Bien que certains puissent en être surpris, je considère très à propos que les Servants missionnaires des Pauvres du tiers-monde – un apostolat héroïque dont les prêtres, les religieuses et les laïques travaillent auprès de gens extrêmement pauvres – aient découvert au cours des dernières années le trésor de l’usus antiquior et l’aient adoptée comme source puissante de vie et d’énergie pour leur ministère. D’autres congrégations religieuses découvrirent et adoptèrent aussi la messe traditionnelle telles les Missionnaires de la Charité et les Franciscains de l’Immaculée, un ordre qui était encore florissant il n’y a pas si longtemps. Concernant l’assistance, c’est un fait connu que les pauvres, contrairement à tous les pronostiques du clergé et des experts, ont accouru aux messes célébrées selon l’usus antiquior. La révérence manifeste, le silence lourd de sens, les symboles évocateurs de la messe ancienne parlent avec éloquence aux âmes simples qui y trouvent une rencontre avec la Passion du Christ qui donne sens à leurs propres souffrances.

Le rite romain traditionnel possède une pureté de concentration et une passion d’une rare force qui rendent ce rite particulièrement approprié pour des missionnaires radicalement pauvres œuvrant avec les pauvres. C’est une liturgie qui diminue l’ego du célébrant en le plongeant dans un rituel qui est son maître exigeant et non son jouet; et pourtant, c’est une liturgie imprégnée de gestes amoureux: l’autel est embrassé à maintes reprises, des phrases frappantes sont répétées comme lorsque l’on fait souvent lors de situations intenses. Cette messe a la vertu de la pureté du cœur que Kierkegaard définissait comme «la volonté d’une chose». Cette messe «veut» le Sacrifice de la Croix et elle y soumet tout le reste. Comme tel, elle est une école incomparable de pauvreté de l’esprit, conformant l’adorateur au cœur pur du Christ.

Chez les pauvres blottis dans une hutte, devant lesquelles se tient un prêtre hirsute à la soutane en lambeaux qui célèbre le sacrifice eucharistique avec une concentration et une passion totales; oui, ici, au milieu de cette adversité qui amène les âmes désespérées à une prière intense, une participation réelle à l’extase du Seigneur crucifié et ressuscité est possible.

Source: Corpus Christi Watershed
Traduction: Notions romaines

Advertisements

4 réflexions sur “La messe parmi les pauvres

  1. Magnifique article. Les pauvres ne sont pas condamnés à se contenter du bas de gamme et de la la médiocrité : eux aussi, et plus que tout autre, ont droit à la Beauté offerte par Jésus et la Tradition apostolique, une Tradition faite par des pauvres pour des pauvres, les petits de l’Evangile. Ceux qui n’ont jamais eu faim ne peuvent comprendre cela…

  2. Dans les pauvres ,c ‘est Jésus que l’on dépouille ,que l’on humilie ,qu’on abaisse injustement , pauvre Jésus ,mort sur une Croix pour que nous soyons heureux , que faisons nous pour lui rendre l’Amour qu’il nous a transmis ??

  3. Dans les pauvres c’est Jésus que l’on honore. Nous avons oublié trop souvent leurs cris qui sont adressés aux prêtres: « Pères offrez-nous la beauté de la Ste Messe, offrez-nous la beauté liturgique, offrez-nous Jésus pauvre. » Ce cris n’est pas seulement adressé aux prêtres. C’est plus que cela. Les pauvres s’adressent aux Ctés religieuses ou aux religieux qui par appel de Dieu désirent fonder des Ctés religieuses où le pauvre sont accueillient malgré leur histoire, leur maladie, leur handicap, etc… En France, y aura t’il un jour des Communautés religieuses où la gloire de Dieu est célébrée ou bien y a t’il un religieux ou un prêtre pour entendre ces cris, pour entendre Dieu: « veus-tu t’occuper de mes fils et filles bien-aimés pauvres dont certains désirenr se consacrer à moi? » Ctés de vie où règne la simplicité, la charité, la beauté et la bonté, l’amour envers Notre Dame. J’ose vous poser cette question: »que veus-tu faire pour les pauvres? »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s