«Nouveaux péchés»: Analyse cinglante de M. l’abbé Hunwicke

pastoral
[Par M. l’abbé John Hunwicke, version corrigée]

Dans le brillant recueil Essays in Satire de Mgr Ronald Knox, il y a un texte à propos d’un «professeur» qui invente un nouveau péché. Et maintenant, voilà que la brillante pièce de Mgr Knox a été surpassée. Maintenant, vous voyez, nous avons des types et des genres de péchés complètement nouveaux. Le troisième millénaire a développé un nouveau champ activité, une toute nouvelle taxonomie du Péché.

Plus tôt ce mois-ci, j’abordai ce sujet et posai trois questions simples. Les voici encore une fois:

(1) Pouvez-vous concilier cela avec le Sermon sur la Montagne et les enseignements moraux de S. Paul?
(2) Pouvez-vous concilier cela avec les paraboles du Seigneur concernant le fait de ne «savoir ni le jour ni l’heure» [ndlr: de son Retour]?
(3) Est-ce que cela s’applique aux meurtriers et aux pédophiles?

Laissez-moi vous rappeller ce que les Nouvelles Casuistiques enseignent sur le Péché.

(a) Gradualisme. Les gens ne peuvent pas abandonner leurs péchés instantanément. Nous devrions leur donner du temps et la grace des Sacrements pour qu’ils se sèvrent graduellement de leurs péchés.
(b) Acceptation sans approbation. Les divorcés-remariés peuvent se trouver dans une situation pour laquelle l’Église ne peut accorder son approbation, mais elle peut les accueillir comme ils sont dans sa vie sacramentelle.
(c) Éléments de vérité. En dehors de toute relation monogame hétérosexuelle, d’autres modèles de relations existent dans lesquelles d’importants éléments existent des valeurs propres au mariage lui-même, et ce sont ces éléments sur lesquelles nous devrions mettre l’accent (permanence, amour-don de soi…).

Maintenant appliquez la question de l’abbé Hunwicke (3). Accepteriez-vous que, étant donné qu’un pédophile a de très fortes inclinations, son objectif devrait être de travailler fort à abuser de moins en moins fréquemment des enfants? Que pensez-vous de l’Église acceptant que certains pédophiles sont gentils et affectueux envers les enfants qu’ils abusent et que nous devrions concentrer notre attention sur ces bons éléments de gentillesse et d’affection? Prenez quelqu’un avec une propension pathologique à commettre le meurtre; est-ce que l’Église devrait continuer à maintenir l’enseignement des Dix Commandements à propos du meurtre, mais sans approuver des meurtres, accepter le meurtrier impénitent comme il est?

Vous ne l’accepteriez probablement pas. Probablement que la majorité des gens, même les catholiques très progressistes, ne l’accepteraient pas, à moins qu’ils ne soient eux-mêmes des pédophiles ou des meurtriers ou les deux. Pourquoi pas?

Ce que nous avons en fait est l’adoption par les progressistes de deux catégories distinctes de péchés. Il y a les péchés (dont la plupart des gens seraient d’accord) qui sont vraiment immoraux. De tels péchés sont l’abus et/ou meurtre des enfants. Le brillant petit jeu (a), (b), (c), ne serait jamais acceptable ici. Si quelqu’un suggérait que cela est vraiment en accord avec une moralité chrétienne nuancée pour un pédophile d’abuser des enfants aussi longtemps qu’il le fasse graduellement moins fréquemment, la plupart d’entre nous le frapperait. Peu importe comment ils le font, les pédophiles doivent arrêter ou doivent sincèrement essayer de mettre fin à leur vice. Ils devraient recevoir l’absolution et ensuite «allez et ne péchez plus».

Mais maintenant, il y a une catégorie assez différente de péchés. Elle consiste en ces choses qui, parce qu’elles sont condamnées par le Christ ou pas de longs siècles de tradition chrétienne, les progressistes pourraient peut-être accepter comment étant dans un certain sens techniquement immorales. Mais les progressistes ne pensent pas qu’elles soient vraiment immorales. Ainsi donc, ils inventèrent différentes façons sophistiquées d’éviter les exigences de l’Évangile: la repentance et une ferme résolution de ne plus pécher et d’éviter les occasions de pécher. Comme des enfants qui ont triché et ont trouvé la réponse à une équation, ils commencent avec la conclusion et ensuite essaient de trouver les bons «rouages» pour avoir la réponse. «Je veux trouver une manière de défendre la position qu’un couple homosexuel sexuellement actif puisse continuer de vivre ensemble; où puis-je trouver les bons arguments pour soutenir cette conclusion?»

MAINTENANT NOUS AVONS

(I) Des péchés vraiment immoraux; ils me haussent le cœur.
(II) DES PÉCHÉS QUI NE SONT QUE TECHNIQUEMENT IMMORAUX. Ils ne me haussent pas le cœur. L’Église doit trouver un moyen de changer sa position sans perdre complètement la face.

Voici les deux catégories distinctes de péchés en lesquelles les progressistes croient.

Ni dans la Bible ni dans deux millénaires chrétiens y a-t-il quelconque preuve en faveur de (II). 

Source: Mutual Enrichment
Traduction: Notions romaines

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s