L’intégrale de l’entrevue avec Mgr Schneider. Partie II

schneider-in-oxford

Mgr Schneider avec des étudiants à Oxford (R.-U.)

[Vous trouverez ci-bas notre traduction de la suite de l’entrevue donnée par Mgr Athanase Schneider lors de son récent voyage en Angleterre. Pour la première partie de l’entrevue, cliquez ici. Les photos sont de M. Joseph Shaw, président de la LMS.]

Q: Entrevoyez-vous une scission au sein de l’Église?

Mgr Schneider (MS): «Malheureusement, depuis quelques décennies, certains membres du clergé ont accepté ces idées du monde. Toutefois, ils les suivent maintenant publiquement. Alors que ces choses continuent, je crois qu’il y aura une scission intérieure au sein de l’Église de ceux qui sont fidèles à la foi de leur baptême et de l’intégrité de la foi catholique. Il y aura une scission avec ceux qui endossent l’esprit de ce monde et il y aura une scission claire, je crois. On peut imaginer que les catholiques, ceux qui restent fidèles à la vérité catholique immuable, pourraient faire l’objet, pour un temps, de persécution ou de discrimination même de la part de ceux qui ont du pouvoir dans les structures extérieures de l’Église. Mais les portes de l’enfer, i.e. l’hérésie, ne prévaudront pas contre l’Église et le Magistère suprême promulguera certainement une déclaration doctrinale sans équivoque, rejetant toute collaboration avec les idées néo-païennes de changer le VIe commandement, le sens de la sexualité et de la famille. Alors certains  »libéraux » et plusieurs collaborateurs avec l’esprit du monde, plusieurs  »thurificati et traditores » modernes quitteront l’Église. Car la Vérité divine apportera irrésistiblement la clarification et elle nous rendra libres et séparera au sein de l’Église les fils de la Lumière divine et les fils de la pseudo-lumière du monde païen et anti-chrétien. Je peux présumer qu’une telle séparation affectera chaque niveau de catholiques: laïques et sans exclure même des membres de haut rang au sein du clergé. Ces membres du clergé qui acceptent aujourd’hui l’esprit du monde païen sur les questions morales et de la famille se déclarent catholiques et même fidèles au Pape. Ils déclarent même comme extrémistes ceux qui sont fidèles à la foi catholique ou ceux qui promeuvent la gloire du Christ dans la liturgie.»

Q: Sentez-vous que vous avez été déclaré comme extrémiste?

MS: «On ne m’a pas déclaré ainsi formellement. Je vous dirai que de tels membres du clergé ne sont pas de la majorité, mais ils ont acquis beaucoup d’influence dans l’Église. Ils réussirent à occuper quelques postes clés dans l’administration de l’Église. Toutefois, cela ne représente pas du pouvoir aux yeux de Dieu. Vraiment puissants sont-ils les petits qui conservent la foi au sein de l’Église.

Ces petits dans l’Église ont été abandonnés et négligés. Ils ont gardé la pureté de leur foi et ils représentent le vrai pouvoir de l’Église aux yeux de Dieu et non ceux qui sont dans l’administration. Rendons grâces à Dieu, le nombre de ces petits est en croissance.

Par exemple, j’ai discuté avec de jeunes étudiants d’Oxford et je fus si impressionné par ces étudiants. J’étais si content de voir la pureté de leur foi et de leurs convictions et leur esprit catholique clair. De tels exemples et groupes sont en croissance dans l’Église et cela est le travail de l’Esprit-Saint. Ceci va renouveler l’Église. Alors je suis confiant et optimiste en ce qui concerne la crise dans l’Église. L’Esprit-Saint va gagner cette crise avec cette petite armée.

Je ne suis pas inquiet à propos du futur. L’Église est l’Église du Christ et Il est la vraie Tête de l’Église, le Pape n’est seulement que le vicaire du Christ. L’âme de l’Église est l’Esprit-Saint et Il est puissant. Toutefois, nous faisons l’expérience d’une profonde crise dans l’Église comme cela se produisit à plusieurs reprises en deux mille ans.»

Q: La situation va-t-elle empirer avant de s’améliorer?

MS: «C’est mon impression que la situation va empirer. Parfois, les choses doivent aller dans l’abîme et alors vous verrez l’effondrement de ce système clérical anthropocentrique qui abuse de l’administration de l’Église, abuse de la liturgie, abuse des concepts de Dieu, abuse de la foi et de la piété des petits au sein de l’Église.

Alors nous verrons l’ascension d’une Église renouvelée. Ceci est déjà en préparation. Alors cet édifice clérical libéral s’écrasera, car ils n’ont pas de racines ni de fruits.»

Q: Certaines personnes disent que vous vous inquiétez de choses non-importantes. Qu’en est-il des pauvres?

MS: «Cela est erroné. Le premier commandement que le Christ nous donna était d’adorer Dieu seul. La liturgie n’est pas une réunion entre amis. C’est notre tâche première que d’adorer et glorifier Dieu dans la liturgie et aussi avec notre manière de vivre. D’un vrai amour et d’une vraie adoration de Dieu grandissent un amour pour les pauvres et notre prochain. Cela en est une conséquence. Les saints en deux mille ans d’histoire de l’Église, tous ces saints qui étaient si priants et pieux, ils étaient tous extrêmement miséricordieux avec les pauvres et se préoccupaient d’eux.

Dans ces deux commandements sont [contenus] tous les autres. Mais le premier commandement est d’aimer et d’adorer Dieu et cela est réalisé suprêmement dans la liturgie sacrée. Quand vous négligez le premier commandement, vous ne faîtes pas la volonté de Dieu, vous vous plaisez. Le bonheur est de réaliser la volonté de Dieu, pas de réaliser notre volonté.»

Q: Combien de temps avant que l’Église ne soit renouvelée?

MS: «Je ne suis pas prophète. On ne peut que présumer. Mais si vous regardez l’histoire de l’Église, la crise la plus profonde était celle du IVe siècle; c’était l’arianisme. Ce fut une terrible crise; tout l’épiscopat, ou presque, collabora avec l’hérésie. Seulement quelques évêques restèrent fidèles; vous pouvez les compter sur les doigts d’une main. Cette crise dura environ 60 ans.

Ensuite la terrible crise du soi-disant siècle obscure, le Xe siècle, quand la papauté était occupée par des familles romaines très mauvaises et immorales. Ils occupèrent la chaire papale avec leurs fils corrompus et ce fut une terrible crise.

La prochaine période de dommages fut le soi-disant exile d’Avignon, très dommageable pour l’Église, causant le Grand schisme d’Occident. Toutes ces crises durèrent 70-80 ans et furent très mauvaises pour l’Église.

Maintenant, nous sommes, je dirais, dans la quatrième grande crise, dans une terrible confusion sur la doctrine et la liturgie. Nous sommes dans cette crise depuis 50 ans. Peut-être Dieu nous sera-t-il miséricordieux dans 20 ou 30 ans? Néanmoins, nous avons toute la beauté des vérités divines, de l’amour et de la grâce divins dans l’Église. Personne ne peut nous enlever cela, aucun synode, aucun évêque, même un Pape ne peut nous enlever le trésor et la beauté de la foi catholique, du Jésus Eucharistique, des Sacrements. La doctrine immuable, les principes liturgiques immuables et la sainteté de vie constituent le vrai pouvoir de l’Église.»

Q: Notre période contemporaine est perçue comme une ère très libérale dans l’Église. 

MS: «Nous devons prier Dieu de guider son Église loin de cette crise et de donner à son Église des apôtres qui soient courageux et saints. Nous avons besoin de défenseurs de la vérité et de défenseurs du Jésus Eucharistique. Quand un évêque défend son troupeau et défend Jésus dans l’Eucharistie, alors cet évêque défend les petits de l’Église, pas les puissants.»

Q: Alors vous ne vous en faîtes pas d’être impopulaire?

schneider-in-ramsgate

Mgr Schneider à Ramsgate (sud-est de l’Angleterre)

MS: «Cela n’a pas d’importance d’être populaire ou impopulaire. Pour tout membre du clergé, la première préoccupation est d’être populaire aux yeux de Dieu et non aux yeux d’aujourd’hui ou des puissants. Jésus a lancé cet avertissement:  »Malheur à vous quand les gens parlent en bien de vous ».

La popularité est fausse. Jésus et les apôtres rejetèrent la popularité. Les grands saints de l’Église, ex. SS Thomas More et John Fisher, rejetèrent la popularité et ils sont de grands héros. Et ceux qui aujourd’hui se préoccupent de la popularité des médias de masse et de l’opinion publique, personne ne se rappellera d’eux dans l’histoire. On se souviendra d’eux comme des lâches et non comme des héros de la Foi.»

Q: Les médias ont de grandes attentes du pape François. 

MS: «Rendons grâces à Dieu, le pape François ne s’est pas exprimé de la manière dont s’attendent les médias. Jusqu’à maintenant, il a exprimé dans ses homélies officielles une très belle doctrine catholique. J’espère qu’il va continuer à enseigner la doctrine catholique de manière claire.»

Q: À propos de partager la Sainte Communion avec les anglicans et les autres?

MS: «Cela n’est pas possible. Ils sont des fois différentes. La Sainte Communion n’est pas un moyen d’accomplir l’unité. C’est la dernière étape, pas la première. Ce serait une profanation du Très Saint. Bien sûr, nous devons être un. Toutefois, nous avons des différences de croyances, certaines assez substantielles. L’Eucharistie est un signe de la plus profonde unité. Ce serait un mensonge, ce serait contraire à toute logique que de partager la Sainte Communion avec des non-catholiques.

L’œcuménisme est nécessaire pour être en contact avec nos frères séparés, pour les aimer. Au sein du défi posé par le nouveau paganisme, nous pouvons et devons collaborer avec des non-catholiques sérieux pour défendre la vérité divine révélée et la loi naturelle crée par Dieu.

Il serait mieux de ne pas avoir une telle structure quand l’État gouverne la vie de l’Église comme par exemple pour la nomination du clergé ou des évêques. Une telle pratique d’une église d’État serait dommageable pour l’Église elle-même. En Angleterre, ex. l’État gouverne l’Église d’Angleterre. Une telle influence de l’État peut corrompre l’église spirituellement et théologiquement, alors il est mieux de ne pas être une église d’État.»

Q: Sur la question des femmes dans l’Église.

MS: «Les femmes sont appelées le sexe faible, car elles sont physiquement plus faibles; toutefois, elles sont spirituellement plus fortes et plus courageuses que les hommes. C’est courageux de donner naissance. Ainsi Dieu donna à la femme un courage que l’homme n’a pas.

Bien sûr, il y avait des hommes courageux lors des persécutions. Cependant, Dieu adore choisir les plus faibles pour confondre les puissants. Par exemple, les femmes eucharistiques dont j’ai parlé dans mon livre Dominus Est travaillaient dans leurs familles et désiraient aider les prêtres persécutés d’une manière toute exceptionnelle. Elles n’osèrent jamais toucher les Saintes Hosties avec leurs doigts. Elles refusèrent aussi de lire une lecture pendant la Messe. Ma mère par exemple, qui vit en Allemagne et a 82 ans, quand elle alla en Occident fut choquée et scandalisée de voir des femmes dans le sanctuaire pendant la Sainte Messe. Le vrai pouvoir de la femme chrétienne et catholique est le pouvoir d’être le cœur de la famille, de l’Église domestique et d’avoir le privilège d’être la première à nourrir son enfant et aussi à être la première à nourrir spirituellement l’âme de son enfant, lui enseigner sa première prière et les premières vérités de la foi catholique. La plus belle et prestigieuse profession d’une femme est d’être une mère et surtout une mère catholique.»

 

 

 

Advertisements

2 réflexions sur “L’intégrale de l’entrevue avec Mgr Schneider. Partie II

  1. Ping : Crise de l’Eglise : combien de temps ? | Chrétienté Info

  2. Ping : La fronde des prélats conservateurs : un feu de paille ?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s