Le saint silence de la basse messe

Photo de Jeff Culbreath

Photo de Jeff Culbreath

[Par Mme Susanna Spencer]

Yahweh dit: «Sors, et tiens-toi dans la montagne devant Yahweh, car voici que Yahweh va passer.» Et il y eut, devant Yahweh, un vent fort et violent qui déchirait les montagnes et brisait les rochers: Yahweh n’était pas dans le vent. Après le vent, il y eut un tremblement de terre: Yahweh n’était pas dans le tremblement de terre. Et après le tremblement de terre, un feu: Yahweh n’était pas dans le feu. Et après le feu, un murmure doux et léger. (1 Rois 19 : 10b-12, Bible Crampon)

Il est 7:30, un dimanche matin automnal et frisquet. Un petit groupe s’est réuni pour la messe matinale. L’église est silencieuse et immobile. Les cloches sonnent et les gens se lèvent alors que le prêtre et les deux servants de messe entrent dans le sanctuaire. Ils s’agenouillent au pied de l’autel et la messe basse commence. L’église est toujours silencieuse et immobile. Kyrie eleison. De temps en temps, lorsque les rubriques l’indiquent, le prêtre parle d’une voie haute et claire, mais il retourne toujours à cette voix basse de la messe lue de la forme extraordinaire.

Il y a une rupture du silence lors des lectures et de l’homélie et ensuite pour le zénith de la liturgie le silence est de retour. Sanctus, Sanctus, Sanctus. Les cloches résonnent. C’est presque le moment. Les gens prient et attendent. Les cloches sonnent encore et l’Hostie est élevée. Les gens l’adorent. Les cloches. Le calice est élevé et encore les cloches. Et alors, le silence. Le prêtre élève sa voie encore pour indiquer où il est, puis silence. Tout au long, les gens prient, regardent et suivent. Agnus Dei. Domine non sum dignus. Le prêtre complète le sacrifice et alors il se tourne vers les gens, présentant l’Agneau de Dieu.

Les gens s’avancent et s’agenouillent à la balustrade pour la communion. Le prêtre apporte le Christ à chaque personne. C’est le même calme, le même silence excepté pour la douce répétition de «Corpus Domini nostri Iesu Christi custodiat animam tuam in vitam aeternam. Amen.» («Que le corps de notre Seigneur Jésus-Christ garde votre âme pour la vie éternelle. Ainsi soit-il.»). Le prêtre retourne à l’autel pour accomplir les rites finaux de la Messe. Les gens sont toujours silencieux. De même en est-il du prêtre. Ensuite il prie à voix haute la postcommunion. Il se tourne face aux gens. Ite, missa est. Alors, la bénédiction finale est donnée et le Dernier Évangile est lu. Il quitte en silence.

C’est ce silence et cette immobilité qui rendent la messe basse de la forme extraordinaire si unique et belle. Il semble qu’elle soit tout particulièrement appropriée tôt le matin quand le monde est immobile et se réveille. Pour assister à la Messe, une personne n’a besoin que de propre sa présence. Les servants disent les répons et les fidèles peuvent être entièrement réceptifs aux grâces données par le biais des mots et des actions de la liturgie. C’est une heure sainte de prière pendant laquelle nous sommes dirigés par le prêtre et, par lui, nous est donné le Corps et le Sang de notre Seigneur. L’immobilité silencieuse est une rupture d’avec ce monde bruyant et à grande vitesse. Même quand je passe mon temps à faire les cents pas avec un bébé bavard, le silence est toujours puissant. J’ai été à une panoplie de messes dans ma courte vie et je connais bien la diversité de l’Église universelle. Mais j’aime que la silencieuse messe basse soit toujours dite à travers le monde, dans de si nombreuses cultures différentes, et que je puisse toujours y assister et avoir un avant-goût du Ciel.

Source: Truth and Charity
Traduction: Notions romaines

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s