Un curé de Boston: il faut applaudir les familles avec deux pères, deux mères

Un père et une mère Source: metronews.fr

Un père et une mère
Source: metronews.fr

Le blogue catholique The Tenth Crusade a rapporté la nouvelle d’une prêtre de Boston qui après avoir vilipendé des remarques disgracieuses sur la Sainte Famille, a essayé de justifier les anti-exemples de ce qu’est la famille telle que professée par la foi catholique et la loi naturelle (un mère et un père unis par le mariage catholique).

En effet, Mgr Paul Garrity, curé de la paroisse Ste-Catherine de Sienne à Boston a tenté de défendre les formes non-naturelles du mariage en invoquant l’exemple de la Sainte Famille. Un point de théologie qui a probablement échappé à Mgr Garrity est que la bienheureuse Vierge Marie allait devenir la nouvelle Arche d’alliance, le tabernacle de Dieu en le mettant au monde; c’est une grâce unique à la Vierge. En aucun cas cet exemple peut-il servir de justification pour le péché. Voici un extrait des hérésies professées par le curé dans son bulletin paroissial:

Et les circonstances entourant la naissance de Jésus devraient nous remplir de respect pour les mères pauvres et non-mariées. Prise dans son ensemble, la première famille de la christianisme nous rappelle que la normalité n’existe pas.  Chaque famille est différente et cela veut dire qu’il faut élargir notre compréhension de la vie familiale au-delà des programmes télévisés et qu’il faut applaudir les vertus de la famille peu importe où elles se trouvent:  les familles à deux parents, les familles monoparentales, les familles recomposées, les familles à deux mères, les familles à deux pères et les familles adoptives. 

Source: Bulletin paroissial de la paroisse Ste-Catherine, Boston
Traduction: Notions romaines

Advertisements

Une réflexion sur “Un curé de Boston: il faut applaudir les familles avec deux pères, deux mères

  1. Le monde du spectacle est devenu si pauvre avec son expansion dans la vulgarité et l’obscénité qu’il doit replonger dans du vieux répertoire comme les fées ont soif pour intéresser son public. Que sont devenues nos « fées« qiébecoises depuis 1978 ? H. bien,presque plus d’enfants (il faut compter sur les enfants de femmes immigrées pour redorer te taux de procréation au Québec,autrement,il friserait le 1% de natalité). Elles sont devenues camionneurs,médecins,avocats,directrices d’entreprise,nommez tous les métiers,sauf mère de famille.—« Les femmes,c’est pas des machines à faire des enfants« disent-elles. Et durant ce temps-la,elles coulent leur vie superficielle dans à peu près toutes les dérives que les hommes ont expérimentées avant elles, Puis,elles appellent ça « la libération de la femme« —Au volant d’un camion,ou sur un chantier de construction avec un grosse pile de planches dans les bras,elles appellent « l’émancipation de la femme« ..
    Misère de misère,faut-il avoir le jugement obscurci pour avaler d,’aussi grosses couleuvres ? Cécilien

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s