La FSSPX commente Evangelii Gaudium

Voici une analyse bien équilibrée et très juste de Modestinus, auteur du blogue Opus Publicum, sur les réactions de la FSSPX après la publication d’Evangelii Gaudium.

Le district américain de la Fraternité sacerdotale saint-Pie X (FSSPX) a publié quelques observations sur l’exhortation apostolique du Pape François, Evangelii Gaudium (EG). En somme, ils ne sont pas aussi durs que je l’avais appréhendé, malgré que ce billet laisse entendre qu’une analyse plus pointue sera bientôt produite. Je suis généralement en accord avec les critiques mises de l’avant, surtout l’inconfort de la Société avec la suggestion que les conférences locales d’évêques auraient besoin d’une autorité en matière doctrinale et le fait que le Pape, en condamnant le libéralisme économique, n’ait pas joint ses prédécesseurs en condamnant les autres formes de libéralismes qui ont eu des effets délétères sur l’Église et la société. La brève critique de la FSSPX porte à notre attention l’étrange exercice d’équilibrisme du Pape François entre à la fois condamner les idées, les mentalités et les pratiques qui ont perturbées l’Église depuis Vatican II et affirmer l’intégrité générale du Concile comme quelque chose de positif et de bon pour l’Église. Contrairement à son prédécesseur, Benoît XVI, le Pape François n’a pas ouvertement formulé de méthodologie pour résoudre ces tensions, malgré que selon d’autres rapports, il apparaît que le Pape accepte la thèse ratzingienne d’une «herméneutique de continuité» entre le Concile et les 19 siècles de christianisme catholique précédents.

Un des points de la critique de la FSSPX, que je n’avais pas lu auparavant, est celui voulant qu’EG en son ton, en sa portée et en ce qu’il traite, se lise plus que comme une encyclique qu’une exhortation apostolique. Cette distinction n’est pas sans importance surtout en considérant que généralement une encyclique à plus de poids doctrinal qu’une exhortation. Il est à noter toutefois que plusieurs encycliques contemporaines sont bien moins directes que celles d’autrefois. Comme un bon nombre de récents jugements de la Court Suprême [des États-Unis], plusieurs encycliques modernes ont un vocabulaire excessivement académique et éthéré ce qui résulte en une authentique confusion au sein de l’Église. Il y a des endroits dans EG où le Pape François évite ce problème (indépendamment de ce que les «experts de la traduction» disent) et il y en a d’autres où il y plonge. Peut-être que ce document est un pas vers un ordre serré. EG a plusieurs vertus, mais EG n’est pas ce que E Supremi était.

Source: Opus Publicum
Traduction: Notions romaines

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s